Ouest Médias - Agence digitale Nantes Saint-Nazaire

Deep Data : vers un datacenter HQE

Plongée au cœur du samurois… à la découverte de l'expérience en cours DeepData, un test autour d'un data center à hautes qualités énergétiques (HQE) qui utilise l'air frais et constant du lieu pour un refroidissement optimisé des serveurs par échange thermique. Le projet, dans sa phase beta, est soutenu par la Région Pays de la Loire aux côtés d'un consortium d'entreprises, spécialistes du stockage de données. Objectif, valider le concept puis commercialiser.

Au terme d'une courte plongée sous terre, dans un lieu qu'il convient de garder secret le plus possible, le visiteur est accueilli par une lumière bleue… donnant à l'endroit un côté surnaturel et fluorescent. Dans la pénombre, posé au centre d'une large cavité, se dresse DeepData : le premier module expérimental d'un projet global qui vise à exploiter tant les possibilités foncières et spatiales (au sens du volume disponible) que thermiques des galeries souterraines du saumurois. En langage courant, les troglos… ou troglodytes, issues de l'exploitation du tuffeau et/ou la culture du champignon.

En phase de tests physiques, le prototype DeepData a pour vocation de valider en conditions réelles les conclusions préliminaires, tirées des modèles mathématiques. Les serveurs installés à l'intérieur du bloc, en configuration salle blanche, tournent avec des datas « à blanc ». L'objectif est qu'ils soient à température normale de fonctionnement pour créer l'échange thermique chaud/froid… entre l'intérieur du lieu et l'extérieur dont la température ambiante, ainsi que l'hygrométrie, sont stables.

A 11/12°, il devient ainsi possible de réguler le datacenter en mode HQE ! C'est tout l'enjeu du projet et sa marque de fabrique : le « green ». D'autant qu'à l'heure du BigData, et du recours massif au cloud pour y stocker tout type d'informations, la demande explose en matière de capacités de stockage.

Seul bémol technique : il faut relier DeepData à l'internet à très haut-débit. Ce qui signifie un accès par fibre optique, encore à réaliser… en vue du passage au stade industriel, via réplication des modules et exploitation commerciale par le consortium d'entreprises, partenaires de l'opération et amené à prendre la suite de la Région Pays de la Loire, financeur du prototype.

Voir le reportage photos sur le blog ContentLab de l'agence Ouest Médias