Ouest Médias - Agence digitale Nantes Saint-Nazaire

Reconfinement : Ouest Médias en continuité d'activité

Les promesses d'été n'engagent que ceux qui y croient. Et la politique ne se fait pas sur Twitter. Cruelle démonstration par l'exemple. Voici donc la France reconfinée à partir du vendredi 30 octobre. Cela jusqu'au 1er décembre au moins… Depuis le mercredi 28 octobre, l'agence Ouest Médias a basculé en continuité d'activité. Par chance, la digitalisation de la majorité de ses services facilite la mise en œuvre du télétravail. Restons optimistes dans la mesure du possible.

Au-delà des conjectures, le constat est simple : c'est reparti pour au moins un mois de système D, de visio-conférences, de projets qui s'annulent et de journées interminables pour maintenir l'activité à flots.

Les dirigeant.e.s de TPE/PME, les indépendants, les freelances, les commerces, les coiffeurs, les bars et restaurants, les professionnels de l'événementiel… sans évidemment méconnaître la réalité ainsi que la gravité de la situation sanitaire (dont ils ne sont pas responsables, comme ils sont encore moins à l'origine de l'inadéquation structurelle du système hopsitalier français à l'urgence actuelle) se souviendront, jusqu'à leur hypothétique retraite de cette année 2020 horribilis.

Tout du moins pour ceux dont les entreprises survivront à ce crash sociétal XXL.

Puisqu'il nous est aussi doctement expliqué que cette seconde vague du Covid 19 est plus violente que la première, il est légitime de douter que la date du 1er décembre sera tenue : 80% des Français (sondage Harris Interactive) estiment d'ailleurs que cette période de lockdown sera plus longue. Autant s'y préparer !

Conséquences, c'est le retour de l'attestation de déplacement, de la balade limitée à une heure par jour à un kilomètre maximum de son domicile, probablement des arrêtés préfectoraux sur les forêts, les plages… « Comment en est-on arrivé là ? » titre avec justesse le quotidien La Croix, ce jeudi 30 octobre au matin.

« L'absurde naît de cette confrontation entre l'appel humain et le silence déraisonnable du monde » répond Albert Camus.

L'agence Ouest Médias déjà en continuité d'activité

Depuis le mercredi 29 octobre, Ouest Médias a basculé en continuité d'activité. La digitalisation de ses prestations, ainsi que son organisation opérationnelle autour d'un réseau de freelances et d'indépendants, en renfort des salariés permanents, facilitent la bascule en télétravail… pratiqué dans les faits au quotidien en période non confinée. Le nomadisme est natif dans nos métiers.

Le premier confinement a également permis de fiabiliser les protocoles de communication et de transmission avec nos clients.

Il n'y aura pas en ce domaine d'interruption de services sinon, c'est à craindre… pour la part relative à quelques tournages vidéos programmés en novembre pour des modules de Digital Learning et des reportages photos régionaux dans les Pays de la Loire.

Le sport professionnel, dans l'attente d'une confirmation jeudi 30 octobre, lors de la déclaration du Premier Ministre Jean Castex devant la représentation nationale, devrait continuer. Roxana Maracineanu, ministre des sports, s'est exprimée en ce sens, mercredi 29 octobre, à l'Assemblée Nationale :

« Les semaines qui arrivent seront rudes économiquement mais aussi humainement. C’est pourquoi je voulais vous confirmer ce soir que la continuité du sport qui se pratique comme un métier est aujourd’hui assurée. Les sportifs de haut niveau et les sportifs professionnels pourront continuer à s’entraîner. Et ils pourront aussi continuer à faire des compétitions puisque les déplacements pour raisons professionnelles sont autorisés. »

De façon directe, cela signifierait pour l'agence Ouest Médias la poursuite, de la production photo aux côtés du Stade Rennais, qui reçoit Brest samedi 1er novembre, et Angers SCO qui accueille Nice, dimanche 2. Ce qui permettrait de maintenir un photographe pigiste sur le pont.

Des considérations personnelles qui peuvent paraître futiles voire en décalage… mais, chacun à notre place, nous avons un rôle à jouer : maintenir l'activité, c'est être aux côtés de nos clients et partenaires pour traverser l'épreuve ensemble, mais aussi contribuer à réduire (modestement) le chômage partiel, donc verser des salaires et les charges sociales allant avec en continuant à générer du chiffre d'affaires (soit de la TVA sur les encaissements) et, surtout, avoir le sentiment d'être utile(s).

Bon courage à toutes et tous.