Ouest Médias - Agence digitale Nantes Saint-Nazaire

Vidéo : 8 règles simples pour un bénéfice SEO

Cet article est inspiré, en version synthétisée et enrichie, d'une publication du mois d'août dernier sur le site spécialisé Search Engine Journal. La vidéo devrait représenter 80% du trafic web en 2019. C'est un media puissant et engageant avec une plateforme dominante… Youtube qui est la propriété de Google. On comprend vite que cet écosystème propriétaire, mis en place par la firme de Mountain View, oblige à respecter quelques règles en matière de référencement pour tirer le meilleur parti des contenus diffusés par une entreprise émettrice.

Même si un smartphone récent ou une tablette permettent de réaliser des vidéos de bonne qualité, commencer à produire et diffuser sans mettre au carré ses objectifs, en phase avec la stratégie générale de content marketing, elle-même interfacée avec les stratégies commerciale et marketing de l'entreprise, serait la première erreur à commettre. Démarrer ainsi, c'est prendre le risque de partir du mauvais pied avec un dispositif bancal qui ne sera pas efficient.

De même, il faut identifier ses cibles ou personas selon ses ambitions et savoir à quelle étape du parcours de l'utilisateur on envisage de se situer :

  • Développer la notoriété de l'entreprise par l'engagement
  • Accroître la position d'expertise de celle-ci qui est un but connexe au premier
  • Générer des conversions de visiteur à prospect, de prospect à client
  • Obtenir des backlinks, c'est à dire des liens entrants vers son site internet, cœur de la marque

Qu'il s'agisse de simple rédaction web, de contenu éditorial plus développé ou de vidéo… la feuille de route est toujours la même pour favoriser les conditions du ROI (retour sur investissement) maximum de l'action menée.

La vidéo… un média simple et facile à comprendre !

Selon une étude EyeView (source), la vidéo augmenterait le taux de conversion jusqu'à 80% de plus qu'un contenu standard. Pourquoi… parce que la vidéo est rapide à consulter, souvent simple à comprendre et donc, en théorie, fait gagner du temps quand on cherche la réponse à une question ou la solution d'un problème. D'autant plus en situation de mobilité sur un smartphone.

La vidéo doit alors s'envisager comme un média attrayant, partagé sur les réseaux sociaux et (re)partageable depuis ces derniers pour générer des backlinks (liens entrants) vers le site internet émetteur.

Les catégories de vidéo qui fonctionnent sont connues :

  • Les tutoriels
  • L'éducation
  • Le divertissement
  • Le sport…

En savoir plus sur notre approche vidéo

1. Soignez l'optimisation mobile

Mobile First ! Qu'il s'agisse de design web, de référencement… et de vidéo, le smartphone est le support de consultation du présent et du futur. Tout passe par lui. La vidéo doit être pensée en fonction des contraintes imposées par ce device dont le format hauteur, la taille de l'écran, le mode de consultation souvent sans le son qui rend le sous-titrage quasi-obligatoire. Sans oublier l'abondance des contenus en ligne qui rend la compétition féroce pour émerger ! 

2. Respectez vos mots clés ou metadata

A l'instar du SEO classique, publier une vidéo sur Youtube obéit aux mêmes règles sémantiques et lexicales puisque cette plateforme est aussi un moteur de recherche et que les vidéos sont indexées par Google : optez pour un titre explicatif, remplissez avec soin la description et ne négligez pas les métadonnées additionnelles.

3. Créez un sitemap vidéo additionnel

En plus du fichier sitemap.xml général, envoyé via la Search Console, un deuxième sitemap dédié est utile si vous publiez beaucoup de vidéos sur votre site web grâce aux embed html issus de Youtube ou Vimeo. Cela facilitera le travail de crawl des robots, en balisant le chemin de découverte et d'indexation des pages concernées. Profitez-en !

4. Multipliez les canaux de partage grâce aux réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont vos ami(e)s – pas étonnant compte tenu du nombre incroyable de données que nous fournissons au quotidien pour faire tourner le business des GAFAs – mais Youtube, Facebook, Twitter, Instagram… sont des concurrents ! Faites des tests A/B. Le résultat sera signifcatif et sans appel : entre partager un lien Youtube sur Facebook et uploader la même vidéo en natif sur cette dernière plateforme, les statistiques changent du tout au tout. L'algorithme Facebook n'est pas idiot. Il dégrade l'un des ses meilleurs « ennemis ».

Sur Twitter, une fonctionnalité du Media Studio autorise l'intégration d'un lien tiers (une URL de votre site) dans une vidéo native qui peut comporter son propre titre et un résumé en plus du texte du tweet.

Dans tous les cas, l'objectif final est de faire converger l'audience ainsi générée vers votre site web, cœur de votre stratégie de marketing de contenus et lieu de vos conversions. Le bonus référencement est implicite : plus de trafic et plus d'autorité grâce aux liens entrants.

5. Misez sur une miniature attrayante

Le fond et la forme ! La meilleure des vidéos perd une partie de son potentiel si la miniature de prévisualisation, générée par défaut au moment du téléchargement, n'est pas représentative du sujet, engageante, impacte… Les plateformes permettent de prendre la main, soit en choisissant une miniature alternative parmi celles proposées, soit en réalisant une copie de l'écran souhaité et en l'envoyant en miniature de substitution.

6. Ne négligez pas le nom du fichier vidéo

C'est la même astuce que pour les fichiers photos en .jpeg pour lesquels il est malin d'intégrer des mots clés dans le nom. Il ne faut pas abuser mais y penser avec trois ou quatre mots clés stratégiques à glisser pour encore se donner du crédit référencement supplémentaire. Simple et gratuit !

7. Trouvez le bon rythme et la bonne longueur

De quelques secondes sur Facebook à plusieurs minutes sur Youtube, les temps de visionnage sont assez courts. Dépenser du budget pour qu'une vidéo soit seulement vue à 10% de sa durée… la démarche est contre-productive ! Soignez l'entée en matière. Les 5/10 premières secondes sont cruciales pour saisir l'attention, susciter la curiosité, donner envie d'en savoir plus.

Un conseil : générique, partenaires, remerciements, mentions légales… tout ce qui ralentit est à placer à la fin !

Bien sûr, la nature du propos influe sur la durée de la vidéo :

  • Courte et virale sur Facebook
  • Plus longue et explicative sur Youtube

Il peut s'agir du même contenu de base, à partir d'un seul tournage, qui est envisagé sous deux angles différents :

  • En teaser dans le premier cas
  • En version complète dans le second

Pour les tutoriels, une astuce est de scinder en épisodes : par exemple, passer de 20 minutes à une série de 4 fois 5 minutes à diffuser durant 4 semaines. Une façon de fidéliser l'audience en créant un rendez-vous hebdomadaire. Rien n'empêche ensuite de publier la vidéo de 20 minutes.

La fonctionnalité Playlist simplifie l'identification de tels contenus sur Youtube avec également la possibilité de générer un embed html de cette playlist pour intégration sur un site web !

8. Soyez actif en socialmedia

Il faut faire le job et animer ses communautés pour susciter des likes, des partages et repartages qui vont draîner le trafic vers votre site web. Variez les formes de posts, répondez aux commentaires…

Mais tout cela ne sert à rien si la vidéo est médiocre !

Heureusement, il y a une morale dans l'histoire. Avec un SEO au top, un titre qui claque et un community management 100% buzz… vous n'arriverez à rien si votre vidéo est médiocre, mal cadrée, au son improbable et sans cohérence éditoriale. Ouf, c'est un métier !

En savoir plus : passez à la vidéo éditoriale pour engager