Ouest Médias - Agence digitale Nantes Saint-Nazaire

5 outils webmarketing indispensables

Production de contenu éditorial ou à vocation publicitaire, publication sur le web, partage sur les réseaux sociaux, référencement organique (SEO) et payant (SEA) pour sortir au mieux sur les moteurs de recherche dont Google, social Ads afin de promouvoir des posts sur Twitter ou Facebook, gestion d'une newletter, utilisation des solutions plus classiques comme le display ou l'emailing… la multiplication des canaux marketing, et des outils disponibles, oblige une TPE ou PME à rationnaliser sa démarche sous peine de s'y perdre. Il convient d'être rentable.

La transformation numérique des TPE et PME est un long chemin… que les entreprises françaises, notamment les plus petites d'entre elles, commencent juste à emprunter. Parmi les différents axes de cette mutation, la capacité à communiquer, via plusieurs canaux complémentaires, sur son offre de service, ses prestations, ses produits… de façon simple, rapide et peu coûteuse, avec la possibilité de toucher un grand nombre de personnes et de mesurer grâce aux data la performance du dispositif, a changé la donne du marketing.

Cette discipline était auparavant réservée aux spécialistes… Aujourd'hui, elle le demeure (c'est un métier !) mais les ressources accessibles en ligne permettent de s'acculturer aux composantes d'un dispositif entre la définition de la stratégie selon le marché et les personas, la production de contenu en fonction de la ligne éditoriale, les partages sur les réseaux sociaux, l'optimisation du référencement qu'il soit organique (SEO) ou payant (SEA), la sponsorisation de posts socialmedia sous forme d'Ads, la collecte, la mesure et l'analyse des métriques…

Se concentrer sur l'essentiel pour éviter d'être submergé !

Pour un indépendant, seul par nature, ou une TPE (*) dont l'équipe est constituée par un petit nombre de personnes, polyvalentes et très sollicitées au regard des contraintes économiques de ces structures pour lesquelles chaque poste créé représente une marche importante de chiffre d'affaires à gravir, la profusion d'informations et d'outils disponibles, gratuits ou payants, peut paradoxalement se révéler un handicap.

  • Quelle solution choisir ?
  • Comment amorcer sans se tromper ?

Le plus simple est d'y aller par itérations en mode « lean startup » ! Se lancer simplement, mesurer les progrès réalisés grâce à la méthode appliquée, prendre en compte les retours et les avis… puis passer à l'étape suivante en ajoutant une brique au dispositif. Rapporté au webmarketing ou marketing digital, on peut tout à fait démarrer par un site internet vitrine dont on soigne le référencement (le SEO pour Search Engine Optimization) avec un seul réseau social en appui et une présence Google My Business en local.

La mécanique rôdée, un blog éditorial sera un atout supplémentaire pour développer son Content Marketing, renforcer le SEO et fournir des opportunités supplémentaires de partages socialmedia. Le SEA viendra renforcer la présence sur les mots clés et expressions, jugés stratégiques, pour sortir au plus haut dans les résultats des requêtes (les fameuses SERP)… cela une fois les fondations jugées cohérentes (plateforme et contenus de référence stabilisés). Enfin, le Social Ads est à utiliser avec parcimonie pour une TPE/PME car le retour sur investissement est souvent faible. En d'autres termes, le coût d'acquisition par prospect ou client est élevé.

Mieux vaut mettre son budget ailleurs… par exemple, lancer des campagnes d'emailing qui restent performantes. Ce qui pose la question de la collecte en amont des data (quels call ton action doivent-ils être intégrés sur un site web pour inciter le visiteur à laisser ses coordonnées ?), de la connexion avec un CRM pour suivre le parcours et le tunnel de conversion… et du monitoring permanent quant au comportement des internautes. Un outil devient alors central : Google Analytics.

Inbound Marketing et marketing automation : à considérer avec prudence…

Une TPE est caractérisée par un rapport individualisé au client. La proximité fait partie de la donne. Une PME (**), dont l'envergure est supérieure et qui peut opérer à l'international, n'est plus dans la même dimension.

  • Pour les premières (TPE), les techniques assez « agressives » d'Inbound et Automation marketing sont en décalage et surdimensionnées. Elles requièrent des investissements supplémentaires (le coût d'une solution comme Hubspot est de l'ordre de 13.000 euros) qui – sauf exception – ne seront pas rentabilisés.
  • Pour les secondes (PME), il convient de procéder à une étude personnalisée selon les objectifs à atteindre et les ressources mobilisables.

Dans tous les cas, l'humain doit être au cœur ! Rien ne remplace une interaction humaine. Les bots peuvent amorcer une relation (répondre de façon instantanée à une requête de mise en contact…) mais ils ne feront pas le job jusqu'au bon de commande…

Cinq outils indispensables : emailing, socialmedia, Google Analytics et SEO, Ads

Ouest MEDIAS Explore MEDIAS agence digitale marketing Nantes Rennes Saint-Nazaire SEO socialmedia emailing contenus

source : Higherlogic

(*) Selon les chiffres de la Banque de France, les TPE représentent plus de 2 millions d'entreprises dans l'Hexagone. Elles génèrent 20% de la valeur ajoutée créée par l'ensemble des entreprises tricolores. Elles fournissent 20% de l'emploi salarié. Une TPE, selon la définition économique, est une organisation qui compte au maximum 10 salariés et dont le total de bilan (ou chiffre d'affaires) est inférieur à 2 millions d'euros HT. En ce sens, la majorité des startups sont des TPE !

(**) Une PME est une entreprise qui compte moins de 250 salariés (au-delà, il s'agit d'une ETI) pour un CA maximum de 50 millions d'euros ou un total de bilan inférieur à 43 millions. La loi LME intègre d'ailleurs les TPE au sein des PME en considérant les premières comme un sous-ensemble des secondes.